Ces élections seront peut être un désastre pour notre pays :

le FN devrait "profiter" des multiples régressions démocratiques que François Hollande a infligées à notre pays.

Ce président a fait des études ; dans l'esprit des "élites" prétentieuses qui dirigent le Parti Socialiste, cela le dispense de toute analyse rationnelle de ses préjugés ; cela le dispense du service minimum du bon sens. Être élu dispenserait même de toute fidélité à ses promesses de campagne.

Hollande s'était engagé à lutter contre la "finance" pendant les présidentielles.

Ses électeurs ont eu droit à la planification du Chômage, de la Pauvreté et des Inégalités.

Le Chômage de masse permet aux dirigeants de mettre les salariés en concurrence pour servir l'objectif réel de François Hollande : baisser les salaires, abaisser le coût du travail pour reprendre son vocabulaire hypocrite.

Et si la consommation des pauvres et des chômeurs est trop faible pour relancer la croissance, ce n'est pas grave :

l'essentiel, c'est que le Chômage et la Pauvreté les dissuadent de contester les dirigeants qui les ont maintenus dans la misère.

La peur du Chômage, la peur de se retrouver sdf, voilà bien les outils les plus efficaces pour soumettre les salariés ; pour extirper de leurs esprits, l'idée qu'ils pourraient se regrouper et s'organiser politiquement.

François Hollande a choisi son camp : celui du patronat obscurantiste qui paiera toujours trop d'impôts.

La loi Macron confirme la dérive droitière du président : la diminution des droits des salariés dans le cadre des procédures aux prud'hommes, le travail du dimanche sans compensation financière, l'impunité pour les employeurs qui se sont essuyé les pieds sur le code du Travail, etc... tout cela, après des milliards de cadeaux fiscaux effectués sans aucune contrepartie, l'absence de lutte réelle contre la fraude fiscale, la propagande en lieu et place de toute information provenant des médias dits de services publics.

Les dernières mobilisations syndicales n'ont pas été des succès : les salariés le paient aujourd'hui au prix fort.

Cette régression historique résulte aussi de la faiblesse électorale du Front de Gauche.

Cette faiblesse n'est pas une fatalité.

Les dirigeants du Front de Gauche n'ont pas assez parlé du Chômage, de leur volonté de le combattre et des moyens qu'ils étaient prêts à mobiliser pour cela.

Ils se sont offert le luxe de la division ; une erreur qui ne pardonne pas dans un contexte de recul généralisé des forces républicaines.

Il y a une autre raison qui relève du tabou :

le Front de Gauche n'a pas choisi de dire aux électeurs de gauche la vérité sur l'Europe.

Jamais une europe de droite n'acceptera qu'une politique de gauche soit mise en oeuvre sur le territoire de l'Union.

Cette réalité rend indispensable la sortie de notre pays de cette union des droites européennes.

Aucune contorsion diplomatique ne peut résoudre cette opposition pathologique des partis de droite au progrès social et démocratique.

Ce non dit, cet aveuglement idéologique du Front de Gauche l'empêche de convaincre les électeurs indécis et déstabilisés par l'affaiblissement des forces républicaines.

Il faut reconnaître à François Hollande une aptitude à utiliser les journaux télévisés pour transformer le président du Chômage en rassembleur de la Nation.

Les attentats des intégristes ont permis aux "journalistes" de France Télévision d'orienter l'attention des électeurs vers un autre danger. La Peur est toujours un excellent moyen pour manipuler les masses.

Malgré ses faiblesses, le Front de Gauche constitue bien le seul vote possible pour les esprits rationnels.

Aucune autre formation ne peut mener une politique de valorisation du travail et faire baisser le Chômage.

Aucune autre formation n'ira chercher l'argent dans les poches des privilégiés pour créer les emplois dont notre pays a besoin.

Ce n'est pas le fn qui risque de prendre aux riches pour donner aux pauvres !

Pour le fn, l'économie, c'est une baisse d'impôts... Moins les riches contribuent au budget de la France, plus la dynastie Le Pen est satisfaite.

Pour sortir notre pays de la crise permanente dans laquelle les dirigeants du Parti Socialiste et leurs parents proches de l'UMP, nous enferment,

dimanche 22 mars,

le vote pour les candidats

du Front de Gauche

sera le seul vote utile.