Le Front National de la Région Centre sera représenté dimanche prochain par un oiseau rare : un “agriculeur” ( voir la profession de foi de ce candidat ).
Celui qui ne sait pas écrire en bon français le mot correspondant à sa profession va donc tenter d’abuser quelques électeurs naïfs de plus au second tour des élections régionales. Notons bien qu’il ne s’est trouvé personne, dans son parti, pour corriger une erreur aussi grossière, ce qui en soi nous renseigne sur le fonctionnement d’une organisation qui se présente comme plus française que les autres.
Les politologues des télés sarkoziennes nous avaient annoncé le FN comme mourant. Comme d’habitude leurs a priori conformistes les condamnaient à l’erreur de diagnostic.
Les causes du développement du FN sont plus que jamais présentes :
- une gauche de gouvernement qui ne prend pas la mesure du danger, face à un chômage de masse utilisé pour mettre les salariés à genoux devant leurs patrons ;
- une droite qui privatise les profits et collectivise les pertes des entreprises ;
- un président qui utilise le débat sur l’identité nationale pour masquer la malhonnêteté de sa politique de redistribution des richesses du pays à ses amis ;
- des médias vendus corps et âmes au pouvoir élyséen qui censurent systématiquement toute grille de lecture susceptible de démasquer les mensonges de leurs maîtres ;
- un mouvement social divisé après de nombreuses défaites mal analysées.

Avec 11,21 % en région centre, le fn n’a pas de quoi pavoiser ; mais sa capacité à faire perdre les élections à l’UMP alimentera les frustrations des barons de la droite qui tôt ou tard tenteront de justifier de futures alliances avec les néo-pétainistes.

La grosse ficelle de “l’insécurité” ne suffira probablement pas pour mobiliser les électeurs de droite.
Aucune agression opportunément médiatisée ne nous fera oublier que Sarkozy veut nous faire payer avec nos impôts le prix des erreurs commises par ses amis banquiers. Pour une famille politique qui accuse la gauche d’augmenter la fiscalité, il ne sera pas facile de surpasser ce sommet dans l’hypocrisie.
N’oublions pas que l’omniprésident a déjà fait plus de 10 milliards de cadeaux fiscaux à ses amis !
Aucune politique du bouc émissaire n’a jamais sauvé aucun pays !
Aucune négation des responsabilités sarkoziennes dans l’existence du Chômage de masse ne pourra préserver les français d’une dégradation encore plus importante de leurs conditions de travail et de rémunération.
Seule une mobilisation de gauche permettra à la République d’appliquer les principes de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

Pour contraindre Sarkozy à valoriser le travail
au lieu de valoriser les dividendes des actionnaires,
Pour gripper l’Union pour une Minorité de Privilégiés,
dimanche 21 mars,
votons à gauche !

Et quel que soit le résultat des élections
retrouvons nous, mardi 23 mars
dans la grève et dans la rue,
à 10h30 place Séraucourt, à Bourges,
puisque l’UMP ne connaît que la loi du plus fort,
montrons lui que la longue cohorte de ses victimes
n’est plus résignée à se faire tondre.