Contre la gauche de droite,

il nous faut une gauche

qui ne fasse pas semblant d'affronter la finance ;

une gauche qui ne "combat" pas le Chômage

en transformant le licenciement en simple formalité,

sans qu'aucune justification ne soit nécessaire.

Nous n'avons pas besoin de ces caricatures de socialistes qui laissent les pauvres mourir de leur pauvreté.

Nous n'avons pas besoin de voir l'argent de nos impôts versé dans les poches du patronat obscurantiste pour satisfaire ceux qui considèrent, comme François Hollande et Sarkozy, que les pauvres sont encore trop bien payés dans cette prétendue patrie des droits de l'Homme.

La patrie du parti "socialiste", c'est celle des licencieurs pour lesquels Hollande et ses complices viennent d'imposer la loi El Khomri, du nom d'une ministre qui a choisi d'associer son patronyme à une trahison : celle qui consiste à diminuer les indemnités des salariés licenciés.

Grâce à Hollande et Valls,

le cdi ne protège plus personne du licenciement.

Quelque soit le motif du licenciement, il sera jugé légitime.

Voilà, le véritable visage du vote prétendument utile qui a permis à Hollande de devenir président de la république.

Hollande a mené la même politique ultralibérale que Sarkozy.

Tout pour les riches ! Bling ! bling !

Il est temps de siffler la fin de la récréation pour ceux qui profitent de la misère et du désespoir qu'ils ont volontairement créés.

Il n'y a pas d'autre moyen pour les partisans du progrès social et démocratique :

c'est la grève qui peut contraindre Hollande à retirer cette loi.

Si la partie démocratique du Peuple français ne réussit pas à se débarasser de cette loi fasciste, rien ne pourra empêcher Hollande ou Sarkozy d'asservir les salariés après avoir détruit ce qui restait de leurs droits.

A Bourges, Vierzon et Saint Amand Montrond,

les manifs de ce jeudi 15 septembre

débuteront à 10h30.

A Bourges, la manif partira de la place Séraucourt,

à Vierzon, la manif partira du Forum République,

à Saint Amand Montrond, la manif partira de la place de la République

Ce n'est pas le patronat

ou ses collabos du front nazional

qui bougeront leurs fesses pour nous !

Pour avoir des droits,

il faut les conquérir

ou au moins les conserver !