Samedi 16 novembre, les identitaires du Berry organisent une «journée patriotique».

Les néo-nazis n'oublient pas de dissimuler la réalité de leurs intentions lorsqu'ils tentent de banaliser leurs actions. Evidemment, rien n'est plus anti-patriotique que le militantisme néo-nazi.

Rappelons que les identitaires se positionnent à la droite du FN ; le parti dont le président « d'honneur » a construit toute sa carrière sur l'affirmation selon laquelle les crimes des nazis seraient un « point de détail »...

Lors de la dernière soirée des identitaires du cher, un groupe d'une dizaine de nazillons s'est retrouvé à 2h00 du matin devant le domicile du porte parole du scalp18 pour scander le slogan identitaire bien connu : « antifa hahaha ».

Cela n'empêchera pas ces prétendus patriotes de parler de soirée de détente pour décrire cette journée de promotion de leurs véritables valeurs : le racisme et la politique du bouc émissaire.

Les identitaires prétendent que leurs activités se dérouleront dans un lieu privé, ce qui les mettrait à l'abri de toute interdiction de leurs « festivités ».

Mais que vaut la parole d'un néo-nazi ?

Ils prétendent que leur journée se déroulera à Bourges.

Ils n'oublient pas d'inviter leurs sympathisants à la discrétion vestimentaire, histoire de montrer un visage présentable et de ne pas « griller » trop rapidement leur lieu de réunion.

Nous invitons les habitants de Bourges et des environs à la plus grande vigilance.

Nous demandons l'interdiction de cette journée à M. le préfet du Cher.

Ce ne sont pas la complaisance et la lâcheté qui ont permis à l'Humanité de se débarrasser des nazis.

Avec les néo-nazis, rien n'est négociable ; chaque compromis implique un renoncement aux valeurs républicaines.

Beaucoup de personnes souhaitent aujourd'hui oublier les leçons des accords de Munich, cette lâcheté historique qui a permis à Hitler de gagner du temps et d'accroître ses moyens militaires.

Après plusieurs décennies de planification du Chômage, une crise économique historique, et un François Hollande qui refuse de créer les emplois nécessaires au redressement du pays, il serait irresponsable de sous-estimer le danger que représentent ces héritiers de la France de Pétain.