Le SCALP18 est une organisation antifasciste radicale; et parce que nous sommes une organisation antifasciste radicale, nous avons choisi les moyens les plus efficaces pour lutter contre l’extrême droite.
La radicalité, c’est la recherche de l’efficacité dans la lutte antifasciste et des origines des problèmes auxquels nous nous attaquons.
Or, dans le contexte politique actuel, la non-violence est le moyen le plus efficace pour contrer le FN.
Au contraire, la violence permet aux extrêmes droites de se poser en victimes et enferme les antifascistes dans un cercle vicieux dont ils ne peuvent militairement sortir victorieux.
Nous n’oublions pas le bénéfice politique que les Etats Occidentaux ont pu tirer de l’usage de la “stratégie de la tension” pour marginaliser des organisations de gauche et justifier la répression, comme c’est d’ailleurs toujours le cas lors des débordements de certaines manifs . Il est en effet avéré, que des policiers sont parfois chargés par leur hiérarchie de s’insérer en civil dans une manif pour y faire de la casse, dans le but de discréditer une opposition politique et de donner une justification apparente à l’intervention des CRS ou autres unités de répression . Présenter le SCALP18 comme une bande de casseurs de fachos, c’est au mieux la marque d’une autosatisfaction dans l’ignorance et souvent l’occasion d’exhiber une incapacité à sortir des phantasmes de la Pensée Unique.

La radicalité c’est aussi la volonté de s’attaquer aux origines de l’ascension électorale du FN et donc de dénoncer la planification du Chômage, de la Pauvreté et du démantèlement des mécanismes de Protection Sociale ( dont les Services Publics et la Sécurité Sociale ).

Etre contre le Le Penisme ce n’est pas être seulement contre le FN, c’est évidemment d’abord être pour les valeurs que le FN ne cesse d’attaquer :

  • les principes de Liberté, d’Egalité et de Fraternité
  • les Droits de l’Homme
  • la lutte pour faire reculer la Pauvreté, le Chômage et les Inégalités.

Si le SCALP18 est aujourd’hui traité comme si son identité politique était aussi dangereuse que celle du FN, c’est parce qu’il n’est soumis ni évidemment à la droite, ni à la Gauche Plurielle, ni à Lutte Ouvrière.
Bref, il dérange beaucoup de monde; il n’est pas conformiste, il fait tache dans un paysage politique tantôt médiocre, tantôt régressif.

Depuis plusieurs années ( autrefois sous l’étiquette groupe No Pasaran de Bourges, depuis 2 ans sous celle du SCALP18 ), nous avons toujours évité la confrontation physique avec les colleurs ou militants du FN, malgré le fait d’avoir été agressés à plusieurs reprises.
Aujourd’hui, le FN choisit de nous “mettre la pression” en effectuant des collages massifs autour des domiciles de 2 militants et agresse l’un des nôtres .
Ces militants armés de lames et de nunchakous, porteurs de gants ( à la fin du mois de mai ... ) tournent autour de nos domiciles dans l’espoir de pouvoir “casser la figure” à l’un ou plusieurs d’entre nous.

Devant ces agissements, la police choisit de mettre en garde à vue un de ceux qui se sont fait agresser, sous prétexte que certains militants frontistes seraient sortis blessés ( d’après le FN et la police ) parce que l’agression a tourné à leur désavantage .
Ces positionnements encouragent de futures agressions et une éventuelle surenchère dans laquelle la responsabilité du Ministre de l’Intérieur serait engagée.