La motivation de l’apprenant doit être à l’origine de tout enseignement.
Un être humain n’apprend vraiment que lorsque sa conscience est en plein accord avec ses actes. La scolarité obligatoire ne doit donc pas s’opposer au nécessaire exercice de la liberté de l’élève.
Etant bien entendu que la liberté ne saurait être confondue (à quelque période de la vie d’un être humain que ce soit) avec la pratique du laisser faire, qui reviendrait à une forme d’indifférence. La liberté découle de la conscience, c’est donc au développement de cette conscience sociale et philosophique que tout enseignement doit oeuvrer.