Le FN ne sera pas présent au 2ème tour de cette élection :
cette présidentielle peut donc nous sembler être classique.
Malheureusement, Sarkozy a préparé sa famille politique à la possibilité d’une alliance avec les héritiers de la France de Pétain.

Lors des élections cantonales de 2011,

Sarkozy a choisi de tuer le Front Républicain.

Il a refusé d’appeler à voter pour les candidats les mieux placés
pour faire barrage au FN au deuxième tour de cette élection.
Les républicains doivent se souvenir que lors des Régionales de 1998,
une très large partie des élus de la droite ont pactisé avec le FN au mépris des consignes données par Jacques Chirac, le chef de leur majorité de cette époque.

Sarkozy est l’héritier de cette partie de la droite

qui préfèrera toujours les nazis aux communistes,

comme le grand patronat allemand des années 30

et la majorité des patrons français de cette époque.

En 2012, les patronats français et allemands ne sont pas plus compatibles avec les valeurs démocratiques que dans les années 30.

Il suffit de regarder le programme du Médef, le syndicat du patronat obscurantiste, pour comprendre que les objectifs de cette organisation sont de transformer les salariés en esclaves soumis d’une aristocratie de l’argent.

Le progrès économique pour cette partie de la société française, c’est «d’abaisser le coût du travail» :
abaisser le coût du travail, c’est en réalité faire baisser les salaires.
Voilà ce que la France vient de subir pendant 5 années,
et ce qui nous attend si Sarkozy est réélu !
Exactement l’inverse du travailler plus pour gagner plus...
N’oublions pas que Guillaume Sarkozy, frère aîné de Nicolas Sarkozy, a été vice-président du Médef.

Il n’a jamais été candidat à une élection présidentielle et pouvait donc dire tranquillement, au journal l’Expansion du 28 novembre 2002 ce que Nicolas ne dira pas à ses électeurs :

«Je suis fier d’être un patron industriel qui délocalise. Assez de faux semblants : la perte d’emploi, la déstabilisation industrielle, c’est normal, c’est l’évolution.»
Dans «l’évolution» humaine, telle que la famille Sarkozy peut la comprendre, il y a beaucoup de perdants et peu de gagnants...

Si Sarkozy devait être réélu, la Sécurité Sociale serait gravement menacée.

L’UMP a toujours voulu démanteler la Sécurité Sociale, parce qu’elle la trouve déresponsabilisante pour les salariés ; déresponsabilisante, parce qu’elle protègerait trop bien les salariés.

Avec l’assureur privé Médéric, plus d’excès de protection sociale !
Pour être protégés, les salariés devront payer plein pôt !
Et devinez comment s’appelle le directeur général du groupe Médéric ?

Un certain Guillaume Sarkozy qui doit bien vivre, comme tout le monde, de son travail et notamment grâce à un «marché» d’une centaine de milliards qui sera transféré de la Sécurité Sociale aux groupes d’assurance privés, si Sarkozy est réélu.

Mais, avec l’UMP les menaces qui pèsent sur notre pays sont encore bien plus graves.
Ce parti exerce un contrôle politique sur la Justice et toutes les télévisions qui émettent sur notre territoire.

Les électeurs doivent savoir que les informations qui leur sont transmises aux journaux télévisés sont toujours présentées de manière à servir les intérêts égoïstement définis du clan sarkozien.
Pas question de s’étaler sur le financement de l’UMP, avec madame Drucker et messieurs Pujadas et Delahousse !
Il faut bien mesurer ce qu’implique les financements illégaux des campagnes de l’UMP.
Les caisses noires du patronat français, l’argent de la françafrique, et les commissions occultes sur les grands contrats d’armement faussent les résultats des élections.
Ils justifient l’annulation de l’élection de 2007 et l’incarcération de ceux qui ont trahi les institutions républicaines.
L’argent volé à l’étranger implique des risques majeurs pour les intérêts du pays.
Aucun corrupteur ne donne de l’argent sans contrepartie...

Avec Sarkozy, pendant l’été 2010, notre pays a connu le racisme d’Etat lorsque la communauté des gens du voyage a été agressée par ce président après que certains de ses membres eurent commis des délits. Après ces fautes, commises par une poignée de personnes, toute une communauté a été sanctionnée par des expulsions de femmes, d’enfants et de vieillards parmi les plus pauvres de notre pays. Cette violation des valeurs républicaines doit être rejetée, si nous voulons être un pays démocratique.

Avec Sarkozy, le Chômage a explosé.

Rien d’étonnant à cela : lorsqu’ils disent ce qu’ils pensent, ce qui n’est pas si fréquent, les dirigeants de l’UMP désignent les chômeurs comme les responsables du Chômage et les pauvres comme les responsables de la Pauvreté.
Le Chômage ne reculera dans notre pays et ailleurs que lorsque des luttes sociales importantes auront contraint les dirigeants politiques à créer des emplois et redistribuer les richesses confisquées par les patrons.


Pour échapper au dégoût des électeurs, Sarkozy reprend une large partie de la propagande du FN, en particulier l’idée que l’immigration constituerait une menace pour notre économie. Une immigration gérée avec des opinions racistes constitue effectivement un obstacle au développement du pays.

Le racisme nuit au développement économique.

Dommage pour tous ceux qui se nourrissent de la bêtise.

Tant mieux pour les autres !

Il est donc nécessaire de tourner la page de cette présidence qui prospère grâce aux faiblesses de la gauche, notamment ses difficultés à produire un discours volontariste sur la lutte contre le Chômage et le progrès économique.

Le bilan de Sarkozy est catastrophique.

Le vote pour François Hollande

est donc un vote indispensable.

Il ne résoudra pas le Chômage de manière miraculeuse, mais il contribuera de manière décisive à débarrasser le pays du premier responsable de ce désastre économique et social.