Mardi 10 septembre 2013

sera une occasion de contraindre François Hollande à prendre des mesures de lutte contre le Chômage et la Pauvreté.

Depuis le début de son mandat, François Hollande a répété que l'une de ses principales priorité était d'abaisser le coût du travail. Ceux qui n'ont pas renoncé au service minimum du bon sens ont nécessairement compris qu'abaisser le coût du travail est une formule "diplomatique" pour parler de baisse des salaires.

Pendant sa campagne électorale, François Hollande a prétendu vouloir s'attaquer à l'économie financiarisée, à l'ultralibéralisme et son mépris des pauvres :

sur ce point, nous devons constater qu'il y a eu tromperie sur la marchandise : lui, président, n'a rien entrepris pour prendre aux grands actionnaires et aux grandes multinationales pour créer les millions d'emplois d'utilité publique dont notre pays a besoin. Les quelques emplois créés ne représentent pas 10% du nombre nécessaire.

Il a fallu moins de 10 années à Hitler pour conquérir le pouvoir.

Notre pays connaît le chômage de masse depuis plus de trente années.

La Sécu a permis d'amortir les effets les plus désastreux des politiques capitalistes.

Mais, si le peuple ne se lève pas pour dire : "çà suffit de cette politique de droite menée par des dirigeants qui se prétendent de gauche", alors c'est un super 2002 qui nous attend en 2017 et peut être même avant...

Retrouvons nous, mardi 10 septembre pour redécouvrir que c'est la grève et la manifestation qui peuvent faire plier un gouvernement déterminé à ne pas créer les emplois dont notre économie a besoin !

à Bourges à 10h30, place Séraucourt

à Vierzon à 10h30, Forum République

à St Amand Montrond, à 10h30 place Carrée

à St Florent à 10h30, place de la République

à La Guerche à 10h30, place du Général de Gaulle

à Aubigny à 17h00, place de la Résistance